La CSN-Construction encadre l’adoption commune de la déclaration de principes sur les manœuvres de recul

À l’occasion de la Journée internationale de commémoration des travailleurs morts et blessés au travail, la CSN-Construction est fière d’annoncer que des organisations issues de toutes les sphères de l’industrie de la construction ont adopté une déclaration de principes sur les manœuvres de recul.

C’est à l’occasion d’une journée de réflexion sur la sécurité des manœuvres de recul, initiée le 5 avril dernier par le vice-président de la CSN-Construction, Jean-Louis Simard, que l’idée de cette déclaration commune a germé. Organisée en collaboration avec Madame France Girard, directrice division construction, arpentage LRD/GPLC Inc, cette rencontre faisait suite au décès d’un confrère arpenteur, Patrick Morin, le 15 octobre 2018.

La journée a été chargée en émotion, notamment en raison de la présence de la conjointe du défunt, Madame Nathalie Ouellet, que l’on remercie particulièrement.

Les discussions ont été très cordiales et enrichissantes grâce à la trentaine de personnes présentes, issues d’associations syndicales et patronales, d’entrepreneurs, de la CNESST et de firmes de technologie.

  • Voici le résumé des sujets qui ont été abordés lors de cette journée :
    • Le facteur humain ne doit jamais passer après l’argent.
    • Les délais et les échéanciers augmentent la cadence au détriment de la sécurité.
    • La fatigue et les conditions de travail affectent la vigilance.
    • La précarité des travailleuses et des travailleurs de la construction fait en sorte que plusieurs hésitent à dénoncer les situations problématiques de sécurité.
    • La sécurité sur les petits chantiers n’est pas comparable à celle sur les grands chantiers.
    • Les chantiers urbains impliquent certains dangers pour la population
    • Les consignes des signaleurs ne sont pas toujours respectées.

L’implantation des nouvelles technologies au service la sécurité est un bon moyen de prévention, mais il ne faut jamais mettre de côté le facteur humain. La réussite des programmes « tolérance zéro » de la CNESST est d’ailleurs abordée comme un objectif à atteindre. Un plan d’action à long terme sera développé en ce sens.

 

MANŒUVRES DE RECUL: DÉCLARATION DE PRINCIPES

CONSIDÉRANT QUE le Code de sécurité pour les travaux de construction qui encadre les manœuvres de recul notamment aux articles 2.8.1, 2.8.2 et 2.8.5, a été modifié pour faciliter la mise œuvre d’un plan de circulation et augmenter la sécurité par différentes mesures;

CONSIDÉRANT QUE le nombre trop important d’accidents reliés aux manœuvres de recul est toujours présent malgré ces nouvelles dispositions;

CONSIDÉRANT QUE la formation n’est pas au centre des priorités sur un chantier de construction;

CONSIDÉRANT QUE la précarité des travailleuses et travailleurs de la construction est un frein à la dénonciation des infractions au Code de sécurité et à la Loi sur la santé-sécurité;

CONSIDÉRANT QUE la prévention en matière de santé-sécurité permet d’agir en amont et de sauver des vies et des accidents regrettables;

CONSIDÉRANT QUE la CNESST a développé des plans d’action avec des cibles précises de tolérance zéro pour des dangers spécifiques et que ceux-ci donnent des résultats positifs;

  1. Le préambule fait partie intégrante de la déclaration.
  2. Mobilisons nos milieux respectifs dans un plan d’action et souhaitons que le CNESST décrète que les manœuvres de recul sont un risque « tolérance zéro ».